Le projet

Paris-Troyes : une électrification à l’horizon 2022

28772

Depuis décembre 2011, une nouvelle offre ferroviaire grande vitesse est mise en place entre Paris et Mulhouse par la ligne nouvelle LGV Rhin-Rhône. Mulhouse se trouve ainsi à 2h40 de Paris et Belfort à 2h15, à partir de la gare Belfort-Montbéliard. La ligne Paris-Troyes-Bâle, dite ligne 4, seule liaison ferroviaire pour les agglomérations situées entre Paris et Vesoul, est ainsi confortée dans ses fonctions de desserte radiale et interrégionale pour l’est du bassin parisien et de la Champagne-Ardenne.

135 kilomètres de voie à électrifier et 41 ponts-routes à adapter.

C’est un projet interdépartemental et interrégional desservant les départements de Seine-et-Marne et de l’Aube, les régions d’Ile-de-France et de Champagne-Ardenne.

L’électrification concernera les 128 km de linéaire entre Gretz-Armainvilliers et Troyes ainsi que 7 km entre Longueville et Provins (soit pas moins de 320 kilomètres de caténaires). 45 communes et 10 gares sont desservies par le projet. 41 ponts-routes seront mis au gabarit ainsi qu’un tunnel.

Le projet représente un investissement de 270 M€.

Un projet utile et éco-durable.

Dans la droite ligne du Grenelle de l’Environnement, le projet se veut durable :

  • Sur le plan social : en apportant du confort et de la fiabilité pour les voyageurs ;
  • Sur le plan économique : en constituant un levier d’attractivité territoriale ;
  • Sur le plan environnemental : en limitant le bruit et la gêne pour les riverains et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique.

Un projet fédérateur.

Ce projet d’électrification est porté et financé collégialement par l’Etat, les conseils régionaux d’Ile-de-France et de Champagne-Ardenne, Réseau Ferré de France et sept acteurs locaux.

Obtenir le player Adobe Flash